Google Translator :
EMourey
Menu principal
Accueil
Articles
Témoignages
Bibliographie
Nous contacter
Rechercher
Liens
Sites d'intérêt
Stage innovant de chant choral
 
Armures, vêtements, bijoux, livres, jeux liés au monde médiéval
 
par Roger Chaudron. Evocation d'une période cruciale, d'événements vécus par l'auteur. 
 
Découvrez les sites naturels et architecturaux de la Bourgogne du Sud

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite pour vous tenir au courant des derniers développements



Open Source
Syndication
Identification
Commander en ligne
Accueil arrow Articles arrow Index arrow Mes tableaux préférés arrow La Vierge au chancelier Rolin de Van Eyck
La Vierge au chancelier Rolin de Van Eyck Version imprimable E-mail
Appréciation des utilisateurs: / 19
FaibleMeilleur 
Index de l'article
Du pont de bois au pont de pierre
La Vierge au chancelier Rolin
Remarques

 

Chalon-sur-Saône et son pont
d'après une peinture de Van Eyck ,
la Vierge au chancelier Rolin
(musée du Louvre)

extrait du manuscrit de mon huitième ouvrage: "La Gaule en héritage"
 

I . Du pont de bois gaulois au pont de pierre du duc de Bourgogne.

Parce qu'il n'y avait pas de pont sur la Saône avant l'arrivée de César, certains l'expliquent, encore aujourd'hui, par une incompétence gauloise... grave erreur! Pourquoi les Eduens auraient-ils construit un pont sur la Saône à cette époque, eux qui ne pensaient qu'à s'étendre vers l'ouest et à se garder derrière le fleuve, face aux Séquanes? Et puis, ce n'était pas dans l'intérêt financier de la corporation des nautes qui assuraient le transport par bateaux d'une rive à l'autre.

Mais au IIIème siècle, les choses vont changer. La ville de Chalon est refondée, comme je l'ai expliqué dans mes ouvrages, par l'empereur gaulois Posthumus . L'artère de la nouvelle ville est exactement dans le prolongement du pont ancien dont on a retrouvé sous l'eau les fondations. Il s'agit là, de toute évidence, d'une implantation conçue et voulue dans un ensemble, même si le pont en question a pu être construit plus tôt.

Incroyable retour de raisonnement, ce serait donc au temps des empereurs usurpateurs gaulois, injustement décriés, que Chalon-sur-Saône, ville importante du pays éduen et de la Gaule, aurait connu son plus brillant essor de construction.

Bref, sans vouloir minimiser le rôle des légions qui gardaient la frontière du Rhin, il faut toutefois sérieusement revoir nos idées sur la présence des Romains en Gaule. Je ne vois pas comment ils auraient pu prospérer autrement qu'en s'installant dans des villes déjà existantes, sous forme de colonies, comme à Lyon. Comme les autres habitants de la Gaule, les habitants de Chalon-sur-Saône travaillaient, évoluaient, construisaient. Ce sont eux, et non les Romains, qui ont assemblé les énormes pierres des piles avec de solides crampons de fer scellés au plomb. Puis, un jour, ils ont remplacé le tablier de bois par des arches voûtées en pierre.

D'après un vieux manuscrit du Moyen-Age, le pont de bois était devenu si ruineux, fendu, gasté et rompu qu'on n'osait plus y passer et que l'on préférait prendre le bac. Courtépée , qui généralement est bien informé, écrit que le pont s'était écroulé sous le duc Jean.

En 1418 ou 1419, avant son assassinat au pont de Montereau, ce duc de Bourgogne, Jean sans Peur, avait répondu favorablement aux magistrats de la ville de Chalon qui souhaitaient faire et édiffier sur la rivière de la Soone , à l'endroit de notre dicte ville, au lieu où sont certaines pilles de pierre desjà faites, un bon pont de pierre... et il ordonnait, dès cette date, le financement de l'opération.

En 1423, un autre document nous apprend que le pont était en construction.

En 1437, Philippe le Bon fit barrer la rivière avec une chaîne de fer de 120 toises de longueur et du poids de 2 091 livres afin que les bateaux ne puissent passer sans être visités et n'emportassent pas les blés de son duché . Ceci signifie qu'à cette date, le pont était terminé et que les bateaux étaient canalisés dans un chenal comportant une porte à un ou deux vantaux que l'on ouvrait et fermait pour les laisser passer après contrôle.

En 1508, la porte, qui n'avait peut-être plus de raison d'être, a été supprimée, si l'on en croit une inscription qui était gravée sur une pierre assise sur la cinquième pile:

Quem cernis rigido constructum marmore pontem

Ante fatiscebat lignea congeries - 1508

inscription que je traduis ainsi :

1508 - Ce pont que tu vois construit en marbre solide (en pierre)

S'ouvrait auparavant par un ouvrage constitué de quantité de pièces de bois assemblées -

C'est donc bien entre 1423 et 1437, sous le règne de Philippe le Bon, que le pont Saint-Laurent a été reconstruit sur les piles gauloises.

Or, Philippe le Bon avait deux conseillers: le chancelier Nicolas Rolin et le peintre Van Eyck . Un grand financier et un peintre très célèbre dans l'entourage d'un monarque? cela n'est ni gratuit, ni le fait du hasard. Cette constatation m'amène à faire une première hypothèse, à savoir que le duc a demandé à son chancelier et "ministre des finances" de réaliser le grand projet de rénovation qu'il souhaitait pour Chalon, et une deuxième hypothèse, à savoir que Nicolas Rolin a demandé à Van Eyck de peindre sur un tableau le projet de rénovation qu'il voulait proposer aux magistrats chalonnais... pour justifier les impositions qu'il leur demandait.

Ce tableau existe. Il est au musée du Louvre. Il est considéré comme un des plus grands chefs-d'œuvre de la peinture classique.



 

Commander en ligne


Recherche Avancée


Lister Tous les Produits
Voir le panier
Votre panier est actuellement vide.
Livres de l'auteur
BookCoverAnimation


Recherche Avancée
Visiteurs hier 0
Visiteurs aujourd'hui 0
Visiteurs max par jour: 0


 | © Emile Mourey 2006 |