Google Translator :
EMourey
Menu principal
Accueil
Articles
Témoignages
Bibliographie
Nous contacter
Rechercher
Liens
Sites d'intérêt
Stage innovant de chant choral
 
Armures, vêtements, bijoux, livres, jeux liés au monde médiéval
 
par Roger Chaudron. Evocation d'une période cruciale, d'événements vécus par l'auteur. 
 
Découvrez les sites naturels et architecturaux de la Bourgogne du Sud

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite pour vous tenir au courant des derniers développements



Open Source
Syndication
Identification
Commander en ligne
Accueil arrow Articles arrow Index arrow Mon histoire de la Gaule arrow Alesia : Plaidoyer pour Alise-Ste-Reine
Alesia : Plaidoyer pour Alise-Ste-Reine Version imprimable E-mail
Appréciation des utilisateurs: / 13
FaibleMeilleur 
Index de l'article
Alesia : Plaidoyer pour Alise-Ste-Reine
Page 2
 
lettre ouverte aux Francs-Comtois
 

Forte de 300 adhérents, l'association qui défend la thèse d'Alésia en Franche-Comté vient de relancer la querelle centenaire qui divisa la communauté scientifique sur l'emplacement de la bataille que César remporta sur Vercingétorix. Cette bataille qui sonna le glas de l'indépendance gauloise a-t-elle eu lieu à La-Chaux-des-Crotenay dans le Jura ou à Alise-Sainte-Reine en Bourgogne, au Mont-Auxois ?

Ainsi donc, après les 500 ou 700 millions de francs dépensés par l'Etat pour la reprise des fouilles à Alise-Sainte-Reine, force est de constater que la publication qui a suivi : "Alésia face à l'imaginaire", en laissant le soupçon s'installer sur la fiabilité du texte césarien, n'a pas suffi pour lever complètement le doute.

Reconnaissons tout d'abord aux membres de cette association la clarté de leurs prises de position :

 1° leur détermination à vouloir traiter le dossier en s'appuyant, en priorité, sur le texte des Commentaires de César et non à partir d'un faisceau d'indices (cf. livre précité, page 202, pour les mots en italiques).

2°  leur prise en compte des autres écrits antiques dans lesquels Alésia est citée.

3°  leur refus de considérer la bataille d'Alésia comme un épisode totalement secondaire ou comme un mythe à postérité idéologique (idem, page 204).


A leurs interrogations, je propose les réponses suivantes.

 

1° Bien traduire et bien interpréter le texte de César

Question : « Pas de collines qui mettent en gorges les deux rivières qui doivent "lécher le pied de la colline" sur deux côtés. »

Mont Auxois en coupe
agrandir l'image

Ma traduction est la suivante : Sur les deux côtés, des cours d'eau baignaient les racines du versant. Cette description est tout à fait en accord avec les versants du mont Auxois. Le verbe subluo, de sub (en contrebas) et de luo (baigner) ne suggère pas l'image de vallées encaissées. En outre, si l'on se réfère à d'autres descriptions de César ou de Hirtius Pansa, rédacteur du dernier chapitre des Commentaires, il est impensable que le général romain n'ait pas précisé le caractère particulièrement abrupt des pentes si tel avait été le cas.

 

Question : « Pas de plaine encaissée, "en longueur", sur "3000 pas" - soit 4, 5 km -  et "devant" l'oppidum. »

Ma traduction est la suivante : en avant de cet oppidum, une plaine s'offrait à la vue sur une longueur d'environ 3000 pas. Rien ne permet d'affirmer qu'elle n'ait pas été longue de 3000 pas. En effet, qui peut dire aujourd'hui à quelle distance se trouvait, alors, la lisière de la forêt qui fermait cette plaine ? L'expression intermissam collibus, d'autre part, ne suggère absolument pas l'image d'une plaine encaissée, mais seulement celle d'une plaine s'étalant entre deux versants.

Pour désigner la plaine des Laumes d'Alise-Sainte-Reine, César ne pouvait pas être plus clair.


Question : « A Alise, pas de montagne, au nord. »

Ma traduction est la suivante : il y avait du côté du nord (septentrionibus : les sept étoiles de la Petite Ourse), un versant que, en raison de sa grande étendue, les nôtres n'avaient pu entourer de retranchements. Cette description est tout à fait dans le style concis de César qui n'a pas l'habitude d'embrouiller ses lecteurs avec des orientations du type nord-ouest ou nord-est. A Alise Sainte-Reine, il faut choisir entre le mont Rhéa et la montagne de Bussy. L'erreur de Napoléon III est d'avoir retenu le mont Rhéa qui, manifestement, ne correspond, ni à cette description, ni à la logique militaire, alors que tout indique la montagne de Bussy.

 

Question : « A Alise, on ne trouve pas, à distance raisonnable, la plaine où se déroula le combat de cavalerie qui obligea Vercingétorix à se replier sur Alésia. »

En effet, toutes les tentatives, même parmi les plus récentes, pour situer la grande bataille de cavalerie à une journée de marche d'Alésia, n'ont pas permis de retrouver un terrain de manœuvre militairement acceptable. En revanche, si l'on traduit l'expression altero die non pas par le lendemain mais par le surlendemain, la localisation de la bataille s'impose à Noyers. J'ai expliqué dans mes ouvrages et dans mon site internet pourquoi il faut traduire ainsi cette expression et comment s'est déroulée cette étonnante bataille.

 

Question : « Alise mesure 97 hectares : 80 000 hommes + une population locale + de nombreux troupeaux + les chevaux de 15 000 cavaliers + les cavaliers eux-mêmes n'y tiennent pas. »

Remarquons tout d'abord que César a mis cette information de "80 000 hommes" dans la bouche de ses adversaires, d'abord dans celle de Vercingétorix, puis dans celle de Critognatos. Cette "astuce" lui permettait de rectifier cet effectif à la baisse au cas où ses contradicteurs au Sénat l'auraient contesté. Ce n'est certainement pas sans raison si Asinius Pollion prétend que César a transposé parfois la vérité dans ses Commentaires, soit à dessein, soit par défaut de mémoire (Suétone). Et puis, il faut savoir que s'il est relativement facile de vérifier, à vue, l'effectif d'une petite troupe, cela est beaucoup plus difficile dans le cas d'une armée.

D'autre part, si l'on attribue le fossé creusé en avant  de l'oppidum aux Gaulois - comme César l'a écrit - et non aux Romains comme les archéologues de Napoléon III l'ont fait, on devine que le dispositif de Vercingétorix s'étendait depuis ce fossé, en avant et en contrebas du mont Auxois, ainsi que sur les flancs du mont jusqu'aux cours d'eau. Ceci est beaucoup plus conforme à la logique militaire et cela augmente notablement l'espace occupé et défendu par les assiégés.  Quant à la cavalerie, il est possible qu'elle ait stationné dans la plaine avant que Vercingétorix ne la renvoie.

Enfin, tout ce que l'on peut dire au sujet des nombreuses têtes de bétail que les Mandubiens avaient rassemblées, c'est qu'elles ont été réparties par Vercingétorix au sein de ses unités, dès la mise en place de son dispositif.

 

Question : « Pas de citadelle mentionnée pourtant plusieurs fois dans les textes. »

Oppidum Alesia X Garenne
agrandir l'image
 

En effet. Si l'on identifie l'oppidum à l'ensemble du plateau, rien ne permet, quoi qu'on dise, de localiser un murus gallicus sur le pourtour, ni une citadelle. En revanche, si l'on prend en considération les vestiges observés par l'avocat Garenne, dans les années 1867, à la pointe du mont Auxois, on est tout naturellement amené à situer l'oppidum murus gallicus dans les fondations en ovale qu'il a repérées et la citadelle au centre de cet ovale. Contrairement aux traductions classiques, l'expression oppidum Alesia in colle summo admodum edito loco ne doit pas se traduire par : l'oppidum était au sommet d'une montagne de haute altitude mais par : l'oppidum d'Alésia, en haut du versant, à l'endroit qui ressort tout à fait. Cela correspond à la pointe du mont Auxois, là où se dresse la statue de Vercingétorix.

Et ceci nous amène à distinguer l'oppidum - un oppidum de 60 ares seulement - de la ville/urbs  dont César a reconnu la position sur le plateau, dès son arrivée. Ces vestiges de ville ont bien été mis à jour, mais, curieusement, on les fait remonter à l'époque gallo-romaine !!!

 

Question : « Pas de crêtes alentour sur lesquelles disposer 23 postes fortifiés. »

Rien ne permet de dire que ces postes aient été installés sur des lignes de crête.

 

Question : « Pas de ces "abrupts" qu'escaladeront les Gaulois au cours du siège. »

Si ! Il s'agit des pentes du mont Rhéa.

 

 Question : « Pas de sources. »

Si ! Il existe une source à La Croix Saint-Charles. Il y a des puits et il y avait aussi la possibilité de s'approvisionner dans les cours d'eaux, de préférence de nuit, en trompant la vigilance des guetteurs romains.

 

Question : « Pas de vestiges religieux. »

Si ! A condition d'attribuer les vestiges religieux retrouvés sur le site aux Gaulois de l'indépendance et non aux Gallo-Romains d'après la conquête.

 

« Cum Caesar in Sequanos per extremos Lingonum fines iter faceret... » Voici, pour terminer, la phrase clef des Commentaires. Je la traduis ainsi: comme César faisait route par les confins extrêmes des Lingons pour aller chez les Séquanes. C'est en faisant ce mouvement qu'il l'a interrompu pour assiéger Alésia... Alise-Sainte-Reine. Les Séquanes dont il s'agit sont ceux de Dijon; j'en ai apporté la preuve dans mes écrits. Cette voie sur laquelle César s'est engagé, c'était la voie du fleuve Sequanas, alias via dubis, vallée de l'Armançon en partie, si riche en documents archéologiques, ancienne voie de l'étain que contrôlaient les Séquanes. En situant l'action chez les Séquanes, Plutarque et Dion Cassius n'avaient pas entièrement tort et leurs explications ne sont pas en contradiction avec celles des Commentaires.

 

2° Bien traduire et bien interpréter les autres auteurs qui ont cité AlEsia

 Dès lors que la parfaite concordance entre les vestiges archéologiques et les Commentaires de César est établie - à condition évidemment d'accepter ma nouvelle traduction - on peut s'interroger sur les textes des autres auteurs.

« Strabon écrit que la bataille a eu lieu à Alésia, cité des Mandubiens, peuple limitrophe des Arvernes (Géographie, IV, 2, 3) ». C'est exact, à condition de placer le mont Beuvray et toute sa région sous domination arverne, avant la conquête de César.


« Alésia est une très ancienne cité, que Diodore ( 4,19) prétend fondée par Hercule ».

Exact, à condition de comprendre que Diodore ne désigne pas l'Alésia des Mandubiens mais une autre Alésia, autrement plus importante et beaucoup mieux fortifiée. Alésia est un nom commun, utilisé, bien avant l'arrivée de César en Gaule, pour désigner une localité fortifiée, fondée sur une hauteur par Héraclès, au cours de sa course errante.

 

« Alésia est, selon Diodore (5, 24), le foyer et la métropole religieuse de toute la Celtique. » 

Même remarque que ci-dessus.

 

« Alésia est entourée, selon Plutarque (César, 21) de remparts formidables. »

Plutarque confond l'Alésia des Mandubiens avec l'Alésia de Diodore, etc... etc...

 

3° l'Alesia de la bataille est donc bien Alise-Sainte-Reine, et ce fut une des plus grandes batailles de l'Antiquité

Mais il faut expliquer le déroulement des combats autrement qu'on le fait depuis Napoléon III, autrement que l'interprétation officielle. En cherchant à faire coller sa traduction de 1926 à la thèse napoléonienne - traduction qui fait toujours référence - le professeur Constans a commis des erreurs impardonnables, j'en ai apporté la preuve. Ce sont des erreurs de traduction qui sont, principalement, à l'origine du doute sur l'emplacement d'Alésia, mais aussi de la fausse idée que l'on se fait de la Gaule. 

Sur quels arguments, sur quels témoignages, sur quels documents, la communauté scientifique s'appuie-t-elle pour refuser à la Gaule indépendante la place capitale qu'elle tenait dans le monde connu de cette époque ? La mode actuelle, pseudo-scientifique, typiquement française, plus portée au dénigrement de notre histoire et de nos personnages historiques qu'au respect des textes anciens, est inacceptable. Un exemple : rien ne permet d'affirmer que César ait inventé les discours de Vercingétorix, et pourtant, je cite "Les discours que Vercingétorix prononce sont inventés par César" (cf. livre précité, page 203).

Bref, tout prouve qu'Alésia fut une des plus grandes batailles de l'Antiquité... une bataille qui a changé le cours de l'Histoire... beaucoup, pas beaucoup, en bien, en mal ? Sur ce point, on peut encore s'interroger.

Emile Moureyinfo
ancien officier de carrière,
franc-comtois d'origine, bourguignon d'adoption.

Commentaires ....


1. BATAILLE CAVALERIE PRELIMINAIRE
Rédigé par Invité/Visiteur. 20-07-2006
URL :
E-mail:
Sur quelles bases sérieuses vos arguments reposent pour affirmer que la bataille préliminaire aurait eu lieu à NOYERS? Quelles traces archéologiques avez vous retrouver sur le lieu de cette bataille qui fit de nombreux morts et où stationna une légion romaine. VOus interprètez sans preuve

2. Re: BATAILLE CAVALERIE PRELIMINAIRE (1)
Rédigé par Emile Mourey. 20-07-2006
URL :
E-mail:
1.Mes arguments s’appuient sur la base incontournable qu’est le texte de César. César est un écrivain précis. On ne peut faire fi des indications qu’il donne, ni de la logique militaire de cette époque (voir mon article consacré à cette bataille).

3. Re: BATAILLE CAVALERIE PRELIMINAIRE (2)
Rédigé par Emile Mourey. 20-07-2006
URL :
E-mail:
2.Les traces archéologiques confirment le texte de César. Les fortifications - castra - devant lesquelles avait pris position l’infanterie de Vercingétorix ont bien été retouvées à Noyers. Quant aux squelettes des morts et aux armes perdues, cela serait intéressant de faire quelques fouilles mais je vous signale qu’en ce qui concerne le lieu de la bataille de l’Aisne pourtant dûment identifié, on n’a même pas retrouvé l’ombre d’une épée.

4. Re: BATAILLE CAVALERIE PRELIMINAIRE (3)
Rédigé par Emile Mourey. 20-07-2006
URL :
E-mail:
3.Relisez le texte de César. Aucune légion n’a stationné sur le lieu de cette bataille, ni avant, ni après.

5. Plaidoyer pour l’égalité face au doute I
Rédigé par Alvaro Canyon. 01-07-2009
URL :
E-mail:
Cher Monsieur, Votre article propose une interprétation sommaire, que je n’irai pas qualifier d’arbitraire comme le fut la décision de Napoélon III d’installer Alésia à Alise-Sainte-Reine, sur la localisation de cette fameuse bataille, mais tout de même. Qu’auriez-vous dit si alors il avait choisi un autre lieu, n’auriez-vous pas alors proposé vos arguments contre ce qui vous paraissait être une décision prise en dépit du bon sens? Vous auriez proposé une autre interprétation.



 

Commander en ligne


Recherche Avancée


Lister Tous les Produits
Voir le panier
Votre panier est actuellement vide.
Livres de l'auteur
BookCoverAnimation


Recherche Avancée
Visiteurs hier 0
Visiteurs aujourd'hui 0
Visiteurs max par jour: 0


 | © Emile Mourey 2006 |