Google Translator :
EMourey
Menu principal
Accueil
Articles
Témoignages
Bibliographie
Nous contacter
Rechercher
Liens
Sites d'intérêt
Stage innovant de chant choral
 
Armures, vêtements, bijoux, livres, jeux liés au monde médiéval
 
par Roger Chaudron. Evocation d'une période cruciale, d'événements vécus par l'auteur. 
 
Découvrez les sites naturels et architecturaux de la Bourgogne du Sud

Newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite pour vous tenir au courant des derniers développements



Open Source
Syndication
Identification
Commander en ligne
Accueil arrow Articles arrow Index arrow Mon histoire de la Gaule arrow 2ème lettre ouverte au Ministre de la Culture
2ème lettre ouverte au Ministre de la Culture Version imprimable E-mail
Appréciation des utilisateurs: / 2
FaibleMeilleur 

Bibracte : deuxième lettre ouverte à M. Donnedieu de Vabres, ministre de la Culture
 

Monsieur le Ministre,

Le 14 octobre de cette année, à Blois, à l’occasion du festival du rendez-vous de l’Histoire, vous avez réaffirmé la thèse des partisans de Bibracte au mont Beuvray

Cette thèse dont l’invention est attribuée à Jacques Gabriel Bulliot, président de la Société éduenne d’Autun au Second Empire, a été imposée de nos jours à l’opinion, sans aucun véritable débat, sans aucun réexamen sérieux des textes, par M. Christian Goudineauinfo.

Professeur au Collège de France, titulaire de la chaire des Antiquités nationales, M. Goudineau est considéré par ses disciples comme un maître à penser. Partant de la thèse "Bulliot", il a développé dans de nombreux ouvrages une image très discutable de la Gaule. Il est soutenu par une technostructure mi-publique mi-privée, très influente - revue L’Archéologue, éditions Errance et Actes-sud, librairie Epona, Centre archéologique européen, journalistes accrédités, etc… En dehors de cette technostructure, il est très difficile à un archéologue de faire connaître ses travaux et de se faire éditer. De même pour un historien qui s’écarterait de ce qui est devenu une vérité officielle.

Or, il faut savoir que cette thèse de Bulliot a été dénoncée dès le début par toute une partie de la communauté scientifique. Officier de l’instruction publique, Monsieur C. Rossigneux a rappelé, dans la Revue des questions historiques, tome Ier, 1866,  les textes anciens qui prouvent que Bibracte ne pouvait pas se trouver au mont Beuvray.

Face à des arguments incontournables, la Société éduenne n’a pu arguer que d’une localisation de bataille à Montmort – hypothèse aujourd’hui abandonnée – espérant, d’autre part, en des fouilles archéologiques qui, aujourd’hui, ne prouvent qu’une chose : qu’un oppidum s’est bien dressé sur le mont Beuvray… non pas Bibracte mais Gorgobina, oppidum boïen cité par César.

Membre de la Société éduenne, auteur d’un livre intitulé "Bibracte" publié en 1867 mais écrit quelques années plus tôt, c’est l’avocat Xavier Garenne qui, parmi les premiers au Second Empire, défendit l’idée que Bibracte ne pouvait être Autun. Il fut le premier à retrouver, en Bourgogne, des retranchements caractéristiques de l’époque gauloise en forme d’ovale, à Alise-Saint-Reine, à Mont-Saint-Vincent et au mont Beuvray. Malheureusement, il a choisi de placer Bibracte sur ce troisième site alors qu’une bonne retraduction des Commentaires de César et des textes de Strabon l’aurait amené à choisir le second.

Il est regrettable que Bulliot ait fait disparaître sur le mont Beuvrayles vestiges en forme d’ovale remarqués par Garenne. Quant au livre de ce dernier que M. Goudineau qualifie injustement de nulinfo, j’y ai trouvé des éléments très intéressants pour mes démonstrations.

Engagé, comme Garenne, dans la recherche difficile de la vérité historique qui a fait ce que nous sommes, je constate avec étonnement combien il est difficile de se faire entendre. Alors que je ne cherche qu’à alerter les autorités responsables de la culture, je suis surpris qu’on ne réponde pas à mes courriers ou qu’on me réponde dans des termes agressifs et désobligeants : cf. lettre du 27/10/2000 de M. Michel Duffour, secrétaire d’Etat : « … il ne paraît pas utile que le ministère de la culture et de la communication entretienne une polémique avec une personne, qui comme beaucoup de passionnés de son espèce, se place dans la posture de l’homme seul face au poids de la « science officielleinfo ».

 

Attention:
Il faut vous connecter avant de pouvoir ajouter un commentaire...

Ecrivez votre commentaire ici (accepte les balises html):

Titre
Ecrit par (optionnel)
URL  (optionnel)
E-mail (optionnel)
 

Commander en ligne


Recherche Avancée


Lister Tous les Produits
Voir le panier
Votre panier est actuellement vide.
Livres de l'auteur
BookCoverAnimation


Recherche Avancée
Visiteurs hier 0
Visiteurs aujourd'hui 0
Visiteurs max par jour: 0


 | © Emile Mourey 2006 |